Fraises et exploitation humaine

Fraises et exploitation humaine

Fraises et exploitation humaine

Voilà ce que sont les deux productions de base à l’exportation, et toutes les deux dans d’énormes quantités, de Nea Manolada, une province de la région d’Ilia, à 260 km à l’ouest d’Athènes. Alors que chaque printemps les fraises figurent rouges et délicieuses aux étals des marchés et dans les rayons des supermarchés, l’exploitation des travailleurs immigrés, un secret bien caché dans les rangs de la société locale raciste et xénophobe, est visible tout le temps. Mais, à cause de quelques balances à sang chaud d’un des grands propriétaires terriens de la région, les médias locaux et internationaux s’en occupent un peu.

Quelques mots à propos des champs médiévaux de Manolada

4 à 5.000 ouvriers de la terre travaillent dans les champs de Manolada les dernières années. Presque tous immigrés, surtout du Bangladesh et depuis peu du Pakistan, et beaucoup sans papiers. Leur travail de base est la culture, la récolte et l’emballage des fraises mais selon l’époque ils s’occupent aussi de la culture d’autres produits agricoles tels les patates, les oranges, etc. Le travail commence à 7h du matin et finit à 9-10h du soir avec un salaire journalier de 25 euros et bien sûr sans sécurité sociale, assurance et une quelconque aide médicale en cas d’accident du travail. Ils vivent hiver comme été dans des tentes de fortune ou dans des serres, sans eau, électricité, toilettes et autres besoins de base.

Les conditions de travail sont littéralement inhumaines, et derrière les horaires de travail exténuants, il faut ajouter qu’ils doivent travailler sous la surveillance constante et le chantage des contremaîtres qui travaillent pour toute sorte de propriétaire terrien et qui les traitent comme des esclaves. Tabassages et comportements dégradants sont une routine quotidienne, menaces sur leurs vies, chantage comme quoi ils vont les amener à la police, pour ceux qui n’ont pas de papiers, non-paiement de leur salaire et balles dans le corps si quelqu’un ose même pour un instant lever la tête.

Les faits

200 immigrés du Bangladesh qui travaillent dans l’un des nombreux champs de la région, ceux du propriétaire terrien Vaggelatou, ont commencé les derniers jours à demander leur salaire des 6 derniers mois. Ils demandaient constamment leur argent au propriétaire et ses contremaîtres mais ont fait face à ses insultes et menaces. Ils ont même écrit une réclamation qu’ils ont tenté de donner à la police et au gouvernement, bien sûr sans aucun résultat. Quelques jours avant la tentative de meurtre contre eux, ils ont fait une journée de grève et la réponse du propriétaire a été la menace d’amener d’autres immigrés pour les remplacer, surtout d’Albanie, Roumanie et Bulgarie, et les dégager de là sans les payer. La réponse des immigrés : “donne-nous l’argent que tu nous dois et on part”. Évidemment, le propriétaire n’a pas mis en application sa menace, puisque les immigrés des Balkans demandent 40 euros de salaire journalier et il a continué à ignorer les demandes des immigrés. Donc, le 17 avril, les mêmes ouvriers bangladais ont décidé d’aller protester devant la maison du propriétaire et comme retour ils ont reçu des coups de feu de ses nervis de contremaîtres. Le résultat a été 30 ouvriers blessés, dont 7 dans une situation critique. Mis à part que l’ambulance a pris deux heures pour arriver sur le lieu, la première chose que la police a faite à été de commencer à persécuter et arrêter tous les immigrés sans papiers, sans s’occuper des assassins armés.

C’est cette dimension-là qui a pris des proportions considérables, surtout dans les médias internationaux et l’image du pays qui s’est crée [1], l’absence de possibilté de maquiller l’incident et la peur de la réaction des ouvriers immigrés qui ont forcé les autorités de s’occuper du sujet et poursuivre les responsables. Les 2 jours suivants, le 18 et 19 avril, aucun immigrés n’est aller travailler dans toute la région et ont organisé un rassemblement de protestation avec la participation de plus de 10.000 immigrés travailleurs de la terre. Évidemment, les médias ont gardé cela sous silence mais cela a vraiment été la raison pour laquelle le ministre de l’intérieur Dendias a promis aux immigrés ce qui va de soi, leur payer tous leurs salaires et que la police va arrêter les assassins armés et leur patron.

En 2008, des photos de la même région qui montraient les conditions de vie et de travail des immigrés travailleurs de la terre avaient transpiré. À ce moment-là, la plupart des immigrés étaient du Pakistan. Et alors, comme maintenant, nous avons tous été choqué par les faits, les médias ayant porté quelque peu leur masque humaniste et l’État avait promis de résoudre le problème, en disant que c’était un incident isolé. Mais les années dernières le modèle de production agricole était le même, la seule différence étant qu’à la place des bangladais et pakistanais, les ouvriers étaient des Balkans, surtout d’Albanie.

Après toutes ces années rien n’a vraiment changé et les conditions de travail sont devenus de plus en plus barbares. L’exploitation des immigrés est un plan bien organisé de l’État et des patrons pour la croissance économique et afin de surmonter la crise.

C’est le même État qui, directement ou non, a poussé les immigrés à travailler dans les champs des propriétaires locaux. C’est-à-dire tous ceux qui ont réussi à survivre aux champs de mine d’Evros ou aux profondeurs de la mer. Tous ceux pour lesquels il n’y a pas de place dans les geôles de la police et dans les centres de rétention. Tous ceux qui doivent répondre à la question de où rester à la maison et terrifié à crever de faim, parce qu’à chaque coin de rue attendent les flics ou les fascistes, ou travailler comme esclave pour une bouchée de pain, évitant de cette façon d’être expulsé ou enfermé dans un quelconque centre de rétention. Et cela, parce qu’il y a un accord entre l’État, les autorités locales et les propriétaires terriens de la région pour que la police n’arrête pas les immigrés qui travaillent dans les champs de la région [2].

De cette façon-là, le travail sous ses conditions semblent pour les immigrés comme la seule voie de sortie et bouée de sauvetage et, pour les patrons, c’est un très bon outil pour encore plus d’exploitation des immigrés. La cerise sur le gâteau de l’exploitation, pour que les acolytes des patrons ne se plaignent pas, est la garde de l’argent des ouvriers immigrés afin de leur procurer une bouchée de pain [3].

Ce qui s’est passé à Manolada le 17 avril n’est pas seulement un incident isolé. C’est une condition de travail violente et inhumaine qui est appliqué pour un début à tous ceux qui se trouvent en bas et déshérités. Et tandis que cette crise s’aggrave, le fond du panier contient de plus en plus d’entre-nous. Tant que nous nous entre-déchirons et blâmons les immigrés et “l’autre” en général de nos problèmes, nous préparons le terrain pour l’exploitation et l’oppression. Tant que nous ne ciblerons pas l’ennemi réel, qui n’est personne d’autre que ceux qui nous exploitent et gagnent de l’argent sur notre dos, c’est comme si nous nous arracherions nos yeux avec nos propres mains.

LUTTES COMMUNES DES LOCAUX ET IMMIGRÉS CONTRE OPPRESSEUR DE NOTRE VIE

[1] L’image des immigrés ouvriers de la terre blessés a fait le tour du monde. Une fois de plus, différents organisations internationales ont rédigé des condamnations contre la Grèce pour sa politique migratoire, considérant que 5 signatures sont suffisantes pour amener une solution à ce problème. De plus, différents organes et organisations, surtout à travers les médias sociaux (facebook, tweeter, etc.) ont lancé une campagne appelée “Sang et Fraises” pour le boycott des fraises de Manolada.

[2] Le plan est : Les propriétaires locaux, en accord avec les autorités locales et le gouvernement, demandent à chaque fois un nombre spécifique de travailleurs. Ils communiquent avec un immigré considéré comme “un des leurs”, connu comme le “maître”, ayant habituellement la même citoyenneté que les immigrés et qui à la responsabilité de trouver les travailleurs à Athènes. Il n’y a pas besoin pour les futurs ouvriers d’avoir des papiers mais des contacts. Le transport vers les champs est fait en voiture qui viennent à Athènes et les y amènent. La seule garantie du marché est que tant qu’ils travaillent sans créer de troubles, ils n’auront pas de problèmes avec la police.

[3] Le salaire journalier est de 17 à 25 euros mais ils sont versés chaque 2 ou 3 mois. Les dépenses pour la nourriture et d’autres besoins (carte de téléphone, etc.) sont décomptés de leurs salaires. Même dans ce cas-ci, l’exploitation n’a pas de limite. Les courses ne sont pas faites par les immigrés eux-mêmes mais par les contremaîtres ou le “maître”. Et même si chaque immigré à besoin de 70-80 euros par mois pour sa nourriture, ils ont un compte qui atteint jusqu’à 400 euros par mois, étant finalement payé 150 euros pour le travail d’un mois. Il est évident que ce compte finit dans les poches des propriétaires terriens et de leurs nervis.